Lifestyle

Ma vie à Londres… tout rose?

 

Comme beaucoup d’entre vous me posent des questions sur ma vie à Londres, j’ai décidé d’écrire un article sur le sujet.

Que ce soit de la part de français qui souhaitent se rendre à Londres ou d’anciennes connaissances, je reçois beaucoup de demande sur ce que je pense de la vie à Londres. Qu’est-ce qui m’a donné envie de venir m’installer ici et comment j’ai obtenu mes jobs dans la mode.

Premièrement je voudrais juste préciser, à toutes les personnes qui me disent que j’ai de la chance d’être ici, de la chance d’avoir ce boulot, que ce que vous appelez ‘la chance’ j’appelle ça du travail. Parce que oui, à Londres si tu travaille dur tu peux y arriver mais c’est comme partout il faut être motivé, savoir ce que tu veux. Je suis pas là pour vous apprendre la vie, où me la jouer meuf qui sait tout mieux que vous. Je veux juste que ce soit clair, que ce que j’ai, je l’ai parce que j’ai bossé. J’ai pas eu d’aide, de piston ou autre. Je suis arrivée là toute seule sans savoir vraiment dans quoi je mettais les pieds et j’ai fais mon chemin.

Pour obtenir mon premier job, chez Goddiva fashion, j’ai pris un billet d’avion aller-retour pour une journée pour faire un entretien d’embauche. C’était fatiguant et beaucoup d’efforts juste pour un entretient mais ca a payé j’ai eu le job et c’est l’expérience qu’il me fallait pour 5 mois plus tard décrocher mon rôle de graphic designer chez Lipsy. Pour Lipsy il y avait beaucoup de candidats, j’ai donc du passer plusieurs entretiens et faire des test de design. J’avais quelques jours pour réaliser différentes tâches sur plusieurs médias. J’ai décroché le job, et j’ai appris plus ces 10 derniers mois là-bas qu’en deux ans d’école. C’est intense, stressant mais aussi excitant. J’adore les challenge et Lipsy me propose des projets variés et toujours importants, avec de vrais budgets et possibilités. C’est pour moi le point fort le plus important de cette entreprise, c’est les collaborations qu’ils font, leur notoriété. C’est ce qui nous permet d’être créatif et non limité par le budget.

Je vais vous parler rapidement des points positifs et négatifs de la vie à Londres selon moi. Cette fois vraiment sur le mode de vie, en dehors du domaine professionnel. C’est un avis totalement personnel.

Alors premièrement ne vous fiez pas à ce que vous voyez sur les réseaux! Ca peut paraitre ironique parce que oui je suis assez présente sur Instagram notamment. Mais ce qu’on vous montre de la vie à Londres c’est la magie, le glamour, une ville pleine d’action, de beaux restos et d’événement sympa, c’est réel mais c’est 50% de la vie ici. Pour passer une heure dans ce super bon resto-brunch traditionnel avec des plats magnifique ce qu’on ne vous dit pas c’est qu’il faut faire une heure de queue. Et oui je vous assure, les meilleurs brunch (Granger &co, the breakfast club) vous font attendre entre 15min et 1h30 selon le jour et l’heure ou vous venez, pour pouvoir avoir une table! Et quand finalement vous serez assis en face de votre très belle assiette, prêt à discuter de votre semaine avec votre amie vous allez vous rendre compte qu’avec le bruit environnent vous ne pouvez pas vous entendre! Ok, j’exagère un peu. Mais quand même, la vie ici c’est comme partout, c’est pas tout beau tout rose.

 

Je vais commencer par vous parler des raisons qui m’ont poussées à venir vivre ici. Les points positifs de la vie à Londres. J’avais eu l’occasion de venir aux Royaume-Uni en 2014 et c’est à ce moment là que j’ai réalisé la différence entre la France et l’Angleterre.

Première chose, ici on est libre. Libre dans le sens où en tant que fille le harcèlement de rue est quasi inexistant ici, et peut importe comment tu t’habille tout le monde s’en fout. Les gens ne sont pas du tout dans le jugement, on s’en rend compte très vite. C’est pour ça que tu peux voir des filles avec des cheveux roses en soutifs dans le métro, où des filles avec leur masque de soin sur le visage dans la rue tranquillement où encore des mecs en robes. Parce que personne ne va les regarder avec insistance. (…à part moi, peut-être, parce que j’y peux rien c’est une habitude).

Une autre chose qui m’a plu ici c’est le respect. Damn les anglais sont respectueux (pas comme nous les français hein). Si quelqu’un te pousse dans le métro il va directement s’excuser, les mecs te laisseront toujours passer avant eux dans le bus, métro. Ils laissent la place aux personnes plus âgées à chaque fois, et si ont leur dit de prendre l’escalier de droite qui est bondé ils le prendront même si celui de gauche est vide. Ils respectent les règles. Et dans les commerces tu auras toujours le droit à un « Bonjour, comment allez-vous aujourd’hui ». Ca peut sembler être un détail, mais c’est le genre d’intention qui te met de bonne humeur dès le matin.

Ensuite leur ‘positive attitude’. Les anglais ne se plaignent pas. Même si le train a 30min de retard, même s’il pleut, même s’il leur est arrivé une merde, ils ne se plaignent jamais! Et le language met aussi en avant cette différence entre français et anglais. C’est-à-dire qu’on a pas de mots fort pour décrire notre enthousiasme, on va dire « ça va, pas trop mal, sympa » quand eux vont dire « amazing, incredible, fabulous » et à l’inverse ils n’ont pas tant de mots négatifs alors que nous on en a des tonnes, et surtout on les utilise!!

Enfin j’aime l’énergie de Londres, c’est une ville qui ne dort jamais, qui est toujours animée et qui se renouvelle. A Londres tu peux faire le même tour dix fois et découvrir toujours un truc différent, un nouveau musicien dans la rue, un nouveau graf sur le mur, un nouveau resto,…

Tout est proche également, et à disposition. Des fois je me demande après tout, pourquoi est-ce que je ne retournerai pas dans ma campagne bretonne pour avoir une vie posée , et après je me rend compte que je ne pourrais plus. Parce que tout simplement ici tout est proche, à disposition. Si t’as faim t’appelle uber eat, deliveroo, just eat où même tu vas au tesco d’en bas t’acheter à manger. Tu veux un café, tu trouveras toujours un starbuck, costa ou autre à moins de 5min. Pareil pour des fringues, des cosmétiques où de la lecture. C’est un confort sans lequel j’aurais du mal à vivre désormais.

Les points négatifs.

Je vais pas vous mentir il y a une grosse différence culturelle entre Londres et la France. Vous vous dites surement que parce que ce sont deux pays proches la différence ne doit pas être remarquable. Et pourtant. Vous vous en rendez compte dès le départ, quand vous commencez à travailler et découvrez l’humour anglais… ce fameux humour anglais que personne ne comprend.  Ou même quand vous faites une blague en faisant référence à une chanson française un peu pourrie où à un dessin animé de votre enfance et personne ne capte la référence, là vous la sentez la différence. Pareil quand tes collègues te maintiennent que Céline Dion ne chante qu’en anglais. Comment ils ont pu échapper à « pour que tu m’aimes encore »?! Nous on a essayé et c’était sans succès…

Bon, sinon, passée la frustration manque de souvenirs communs, il y a la foule. Autant j’ai toujours adoré passer mes weekends en festival, entourée d’un tas de gens bourré et dégueu (parce qu’après 4jours sans se laver je vous raconte pas l’odeur…) autant la foule dans le métro c’est autre chose. Tu te retrouve tous les matins écrasé contre la porte du métro, sans pouvoir t’asseoir où te tenir à quoi que ce soit, surtout quand tu fais 1m10 comme moi et que t’atteint pas les barres du haut. En plus de ça t’a les mélange d’odeur, entre les parfums de filles super odorant, parce que oui les anglaises ne font rien dans la retenue et elles versent surement la moitié du flacon en une fois, et les odeurs de mecs qui ont courus pour atteindre le métro avant que la porte ne ferme, s’est irrespirable.

Mais c’est pas que dans le métro, c’est dans la rue également. Moi je bosse pas loin d’Oxford street et pour marcher jusqu’à un fast food à midi, où le métro le soir, c’est super encombré. Là où tu pourrais mettre 10 min selon city mapper, tu vas mettre 20min parce que tout simplement tu ne peux pas avancer. Alors les premiers temps ça va, tu te sens important, t’es à la ville, parmi plein de gens, t’es comme eux, tu bosse dans le centre et tu trouve ça cool. Puis après des mois ça t’épuise et la foule tu commence à saturer. Après c’est comme à Paris, et les grandes villes en générales, c’est pas juste Londres.

Enfin un autre truc qui m’embête ici, c’est le bruit. Parce que les anglais sont hyper bruyants. Que t’aille dans un café, un resto, un bus, une expo, à ton taff où dans un magasin c’est pareil. Les anglais sont juste bruyants. A croire que personne ne leur a appris à chuchoter quand ils étaient petits. Même dans le train, les mecs sont au telephone non stop en parlant super fort comme s’ils étaient tout seul. Alors ça va quand il y en a un, mais le truc c’est que tout le monde fait ça. Et même si j’adore sortir avec mes potes j’avoue que le bruit ça me démotive, je sais qu’on va aller au pub, au resto et que j’entendrais rien, qu’il faudra crier pour s’entendre. Ce bon vieux sentiment quand t’es en boite en France et que tu fais des gestes pour que tes potes te comprennent, bah là c’est pareil mais au resto. Génial.

Globalement mon impression sur Londres à tendance à varier. C’est pas que je suis lunatique c’est juste qu’il y a des périodes plus simple que d’autres, les saisons m’influencent aussi. Par exemple je déteste l’été à Londres et ça me rend insupportable alors que j’adore l’automne et l’hiver ici.

En avril ça fera deux ans que je suis là, et comme partout il y a des hauts et des bas. J’aime cette ville et je pense y rester encore un petit moment parce qu’elle est riche en opportunités et je compte me faire un maximum d’expérience professionnelle dans les années à venir. Mon copain est originaire de Londres également et je ne vais mentir, c’est la raison principale pour laquelle je souhaite rester ici pour le moment. J’aime la vie ici même si je ne pense pas m’y être complètement habituée, et parfois je me demande si je m’y habituerais vraiment un jour. J’ai vraiment l’impression que je suis là temporairement, qu’à un moment donné je vais rentrer. Parce que Londres c’est un coût de la vie très important, c’est des loyers à £1500 pour un studio et j’ai envie de pouvoir vivre bien, confortablement, sans me demander arrivé le 15 du mois comment je vais tenir jusqu’à la fin. Ca va quand on est jeune mais après c’est pas ce que je souhaite pour le futur. A moins que je devienne DA d’une grosse marque et que je sois blindée d’ici deux ans! Mais bon, faut rêver mais rester réaliste parfois!

You Might Also Like

Leave a Reply